LES HIRONDELLES ET LA SNCF

En juin 2000, la SNCF lance au niveau national un grand projet visant à améliorer la propreté dans les gares et les trains. Ce projet concernait donc directement certaines espèces aviaires qui occupent volontiers les gares pour nicher et qui, par conséquent, engendrent des problèmes de propreté. Des actions de lutte contre ces oiseaux ont donc été entreprises mais n’ont pas donné les résultats escomptés et ont indigné une partie de la clientèle.
Devant ce constat, la SNCF a pris contact avec la LPO. Le 18 décembre 2000, une réunion entre la SNCF et la LPO a donc eu lieu en présence de Rodolphe Lelasseux, administrateur national de la LPO. A l’issue de cette réunion, un partenariat national à déclinaisons locales entre la SNCF et la LPO a été décidé afin d’améliorer la propreté dans les gares tout en préservant les oiseaux sauvages ainsi que leurs sites de nidification. Pour ce partenariat, deux gares “ tests ” ont été retenues: la gare Saint Lazare en région parisienne qui servira de site expérimental pour les pigeons de ville et la gare de Château-du-Loir en Sarthe qui servira de site pilote pour les oiseaux sauvages.
En effet à Château du Loir, une colonie d’hirondelles de fenêtre d’environ 60 couples occupe la gare SNCF depuis plus de 30 ans. Mais pendant l’hiver 2000, ne supportant plus les saletés engendrées par ces oiseaux, la SNCF a fait appel à une société privée pour détruire les nids et installer des “ pics ” destinés à empêcher la nidification des hirondelles. Les pics en question sont ceux utilisés pour éviter que les pigeons ne se posent sur les bâtiments. A leur retour, les hirondelles essayent de se faufiler entre ces obstacles pour y construire leurs nids. Elles y arriveront mais certaines d’entre elles s’y empalent. Face à cette action brutale, Jean Marchasson, un habitant de Château-du-Loir se plaint auprès de la SNCF et fait appel à la LPO Sarthe pour qu’une solution soit trouvée. Le groupe décide d’interpeller la SNCF qui répond favorablement.
Deux bénévoles de la LPO Sarthe proposent alors à la SNCF un projet qui permet à la fois de préserver les hirondelles et leurs nids ainsi que l’intégrité des bâtiments de la gare. Ce projet est rapidement accepté par la direction de la SNCF. Il consiste à installer des nids artificiels à Hirondelle de fenêtre sur certains bâtiments de la gare pour les inciter à occuper les bâtiments en question et non plus les endroits fréquentés par la clientèle: les quais. En dessous des nids artificiels, des planchettes permettant de récupérer les fientes évitent que ces bâtiments ne soient souillés.
Après la réalisation de ces installations, les hirondelles ont en majorité délaissé les quais pour occuper les bâtiments où sont installés les nichoirs. De plus, le taux d’occupation des nichoirs est satisfaisant et les façades de la gare restent propres grâce aux planchettes “ anti-fientes ”.
A l’automne 2001, un bilan de la protection des hirondelles de fenêtre en gare SNCF de Château du Loir a été fait. Des actions de sensibilisations sont venues compléter les actions précédentes et nous avons réalisé un panneau d'information sur ce partenariat. Dans le cadre de l'année de l'Hirondelle, la LPO Sarthe a organisé le 29 juin 2002, une inauguration officielle du projet en présence de la SCNF, des écoles, des habitants et des médias.