Y AURA T IL DES PRINTEMPS SANS HIRONDELLE?communiqué de la LPO Nationale

Faites nous part de vos observations, (uniquement si vous résidez en Sarthe)

Renvoyez nous ce coupon

La Ligue de Protection de Oiseaux (LPO) et le Centre de Recherche sur la Biologie des Populations d'Oiseaux (CRBPO) effectuent depuis 13 ans un suivi des oiseaux communs. Nous constatons une diminution des populations sur de nombreuses espèces. Celle qui accuse la plus grande baisse (-84%) est l'Hirondelle de fenêtre.

Cet oiseau protégé par la loi du 10 juillet 1976 était autrefois fort répandu. Les observations faites par les membres de la LPO en Sarthe révèlent une absence totale sur certaines communes et une régression générale dans l'ensemble du département.

Si des actions de protection sont accomplies sur des colonies de relative importance telles dans la gare de Château du Loir et au Prytanée de La Flèche ; elles sont loin de suffire à inverser la tendance. Partout où les hirondelles cherchent à nicher, celles-ci rencontrent des obstacles qui mettent à mal leur reproduction et donc leur survie.

Les principales causes de leur disparition sont le manque de nourriture notamment lié à l'utilisation des insecticides en agriculture et la raréfaction des habitations où elles peuvent cohabiter avec l'homme : disparition des bâtiments présentant des aspérités, faible tolérance des déjections.

Aussi bravo et grand merci aux personnes attentives qui respectent et même tolèrent les nids d'hirondelles de fenêtre sur les façades de leur maison. Les désagréments compréhensibles occasionnés par les fientes des jeunes oiseaux peuvent être évités grâce à des planchettes disposées sous les nids. Des plans sont disponibles à la LPO pour vous permettre de goûter au plaisir du gazouillis des oisillons puis de leur envol.

Une autre espèce, l'Hirondelle rustique (ou de cheminée) fait son nid dans les étables, les granges, les préaux, les garages ou les caves……. sous réserve qu'elle puisse aller et venir librement. Ne lui fermons pas à elle aussi les ouvertures nécessaires à son implantation.

L'Hirondelle de rivage, elle, préfère nicher en colonie dans les sablières, le long des berges des rivières, les falaises de sable ou d'argile où elle creuse un terrier.

Le Martinet noir, dont les cris stridents animent les airs, aime quant à lui se glisser dans les fissures ou des espaces entre murs et toit pour y élever sa progéniture. Il est possible également d'installer des nichoirs à son intention à condition qu'ils soient à une hauteur conséquente du sol sans obstacle à moins de cinq mètres.

Les hirondelles et les martinets nous annoncent par leurs retours de leurs quartiers d'hivernage africains l'arrivée de la belle saison. Leur présence vous procurera alors divertissement, joie et fierté. En remerciement ils consommeront des milliers d'insectes dont des moustiques!

Faisons leur bon accueil !

Comment les reconnaître?!
Les hirondelles volent très vite, aussi il n'est pas très aisé de les distinguer. Voici quelques repères qui vous permettront de les différencier!

Hirondelle de fenêtre (L 12,5 cm): croupion blanc, ventre blanc, dos noir
Hirondelle rustique (L 20 cm)
dos sombre, longs filets à la queue, gorge rouge brique
Hirondelle de rivage (L 12 cm)
dos brun, ventre blanc avec un collier brun
Martinet noir (L 16,5 cm)
ailes étroites en forme de faux, plumage sombre

 

N'oubliez pas de remplir le coupon...